Indique que le cours est à l'horaire à l'automne 2014
Indique que le cours peut être offert en formule hybride
Indique que le cours peut être offert à distance

Présentation générale

La santé communautaire s'intéresse aux facteurs et aux conditions de vie qui influencent la santé des individus et des collectivités. Ce programme, offert conjointement par la Faculté des sciences infirmières et la Faculté de médecine, vous permettra de développer vos connaissances dans ce domaine et de mettre en pratique des interventions et des moyens d'agir liés à la santé communautaire pour améliorer la santé et le bien-être des personnes. Vos études s'inscriront dans une approche globale et interdisciplinaire.
Autres programmes dans cette discipline

Aperçu

En bref

En réalisant ce doctorat, vous serez apte à exercer des fonctions en recherche, en enseignement et en expertise-conseil. Vous pourrez mener des recherches et élaborer des stratégies d'intervention en santé communautaire, en promotion de la santé ou en organisation des services de santé, en utilisant une approche multisectorielle et interdisciplinaire afin de résoudre des problèmes complexes et influencer les décisions dans le domaine de la santé. Ce programme s'adresse aux personnes qui détiennent une maîtrise en sciences de la santé, en sciences sociales, en sciences humaines, en sciences de l'administration, ou à tous ceux qui ont une solide expérience dans le domaine pratique de la santé communautaire.

Avantages UL

Particularités et attraits

Régime d'études: temps complet ou temps partiel*
Directeur de recherche: à trouver avant l'admission

Ce programme est développé en partenariat avec plusieurs milieux de pratique et vous permettra d'être au fait des visions et des approches qui mettent l'accent sur la polyvalence du rôle attendu de la part d'un praticien, consultant ou chercheur. Vous évoluerez dans un environnement multidisciplinaire où professeurs et conférenciers chevronnés issus de différentes disciplines viennent enrichir la qualité de la formation offerte. Vous bénéficierez d'un corps professoral compétent offrant une qualité d'encadrement remarquable.

Si vous êtes un étudiant étranger, vous aurez la possibilité de travailler sur une problématique propre à votre pays.

* Exigence de temps complet ou de résidence d'au moins trois sessions.

Aspects financiers

Bourses et aide financière

Au Bureau des bourses et de l'aide financière, vous trouverez toute l'information concernant les sources possibles pour le financement de vos études, notamment les différents programmes d'aide financière gouvernementaux et les programmes de bourses d'admission, d'excellence ou de mobilité.

Plan de soutien à la réussite aux cycles supérieurs

L'Université Laval alloue chaque année un montant de 4,6 M$ à la réussite de ses étudiants inscrits à un programme de maîtrise ou de doctorat. Cela prend la forme de bourses récompensant la progression de l'étudiant lors du franchissement des étapes de sa formation dans la mesure où les délais normaux sont respectés. Consultez les plans de soutien.

Coût des études

Plusieurs ressources sont à votre disposition pour vous permettre de planifier le coût de vos études:

Recherche dans le domaine

Recherche à la faculté

À la Faculté des sciences infirmières, les professeurs s'investissent dans diverses activités de développement et de diffusion des connaissances. Ils initient ou participent à de nombreux projets de recherche en soins infirmiers, en administration des services infirmiers, en santé communautaire, en santé des femmes, en santé internationale, en santé mentale, etc. Allant de la promotion de la santé à la prévention de la maladie en passant par les soins directs, le rétablissement, la réadaptation et les soins palliatifs, les axes de recherche reflètent les intérêts et l'expertise des professeurs.

Leurs projets concernent, entre autres:

  • les expériences de santé
  • la qualité de soins
  • la pratique infirmière basée sur des preuves et le développement de la compétence scientifique
  • les technologies d'information et des communications en santé
  • le développement de nouveaux modes d'intervention et les résultats d'interventions courantes
  • les comportements et les environnements favorables à la santé
  • les enjeux éthiques et les pratiques infirmières
  • le développement et la validation d'instruments de mesure
  • les inégalités sociales de santé

La Faculté accueille la Chaire de recherche en transfert des connaissances et évaluation des technologies et des modes d'intervention en santé, dont la professeure Marie-Pierre Gagnon est titulaire.

Directeurs de recherche

Liste des personnes habilitées à diriger l'étudiant

Cette liste évolue constamment; il est donc préférable de communiquer avec la direction de programme pour obtenir la dernière version.

Transfert des connaissances et innovation dans les organisations. Mesure de l'efficience des organisations. Analyse des politiques publiques. Stratégies de protection de la propriété intellectuelle. Méthodologie de la recherche. Méthodes quantitatives.
Nabil Amara (Ph. D. – sciences politiques)

Développement émotionnel, social et cognitif de l'enfant sous l'angle de ses déterminants biologiques et environnementaux. Relations entre enfants. Conduites parentales. Déterminants et les conséquences des difficultés interpersonnelles et des problèmes comportementaux à l'enfance. Préparation à l'école et trajectoires scolaires. Intervention préventive. Génétique humaine.
Michel Boivin (Ph. D. – psychologie)

Interventions préventives visant l'amélioration de l'environnement psychosocial du travail et de la santé. Étiologie psychosociale des maladies cardiovasculaires, musculosquelettiques et des problèmes de santé mentale et de leur récidive. Retour au travail après un infarctus.
Chantal Brisson (Ph. D. – épidémiologie)

Santé des femmes. Rôle des facteurs obstétricaux sur la santé de la mère et de l'enfant. Santé et grande prématurité. Prédiction et prévention des grands syndromes obstétricaux (travail préterme, pré-éclampsie, rupture prématurée des membranes, restriction de croissance intra-utérine, mort fœtale in utero). Revue systématique.
Emmanuel Bujold (Ph. D. médecine)

Le médicament dans le domaine de la santé. Changement stratégique. Théories des organisations. Méthodes de recherche qualitative. Organisation des soins et des services spécialisés. Médecine académique, gouvernance dans le système de santé. Réseaux d'acteurs dans le domaine de la santé.
André Côté (Ph. D. - management stratégique)

Promotion de la santé. Éducation à la santé. Étude des facteurs sous-jacents à l'adoption ou au maintien de comportements en lien avec la santé. Élaboration, implantation et évaluation d'interventions ciblées avec les communautés. Infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS). Clientèles marginalisées. Recherche participative. Croisement des savoirs.
Françoise Côté (Ph. D. – santé publique)

Gérontologie sociale. Santé mentale. Santé. Intervention psychosociale. Politiques sociales. Modèles théoriques pour l'analyse des problèmes sociaux. Recherche qualitative.
Bernadette Dallaire (Ph. D. - sociologie)

Action politique et politiques publiques en santé. Organisation des soins. Interventions auprès des personnes âgées et malades chroniques.
Clémence Dallaire (Ph. D. – sciences infirmières)

Dynamique de la transmission des maladies infectieuses. Épidémiologie et contrôle des maladies infectieuses évitables par la vaccination. Morbidité attribuable aux maladies évitables par la vaccination. Programmes de vaccination. Efficacité vaccinale. Impact à long terme des programmes de vaccination. Effets secondaires des vaccins.
Gaston De Serres (Ph. D. - épidémiologie)

Santé des personnes atteintes de cancer et soins palliatifs. Développement et à évaluation d'interventions ou de programmes de formation visant à intégrer l'approche de soins palliatifs aux soins usuels. Développement des compétences infirmières en oncologie et soins palliatifs.
Jean-François Desbiens (Ph. D. - sciences infirmières)

Épidémiologie des troubles et des maladies musculosquelettiques et de la douleur chez les travailleurs et dans la population générale. Déterminants des déficiences et des incapacités fonctionnelles associées aux rachialgies et aux autres syndromes de douleur musculosquelettique. Construction et validation d'outils pronostiques applicables en première ligne et évaluation de leurs impacts cliniques et économiques.
Clermont Dionne (Ph. D. - épidémiologie)

Promotion de la santé. Inégalités sociales de santé. Pauvreté. Pratiques professionnelles auprès de groupes et personnes en situation de pauvreté et d'exclusion sociale. Genre. Recherche participative. Croisements de savoirs. Santé internationale.
Sophie Dupéré (Ph. D. – santé communautaire)

Oncologie psychosociale et soins palliatifs. Stress, adaptation et qualité de vie. Interventions pour faciliter le processus d'adaptation et la gestion de stress. Survie au cancer. Soutien aux soignants. Modèles de soins.
Lise Fillion (Ph. D. - psychologie)

Interface entre le contexte dans lequel les professionnels de santé pratiquent et la pratique professionnelle. Professionnalisme. Imputabilité professionnelle. Ordres professionnels. Approches : recherche qualitative et quantitative.
Andrew Freeman (Ph. D. ergothérapie)

Instruments de mesure, fidélité et validité des scores. Déterminants de l'adoption et du maintien de comportements. Élaboration, implantation et évaluation d'interventions visant la modification de comportements. Application à divers comportements, avec un intérêt particulier pour l'activité physique. Prévention de l'obésité, notamment chez lesenfants d'âge préscolaire (intervention auprès des familles, changements dans les pratiques professionnelles).
Camille Gagné (Ph. D. - mesure et évaluation)

Technologies d'information et de communication en santé. Comportements des professionnels de la santé. Transfert et utilisation des connaissances scientifiques. Évaluation des technologies de santé. Modèles théoriques psychosociaux et organisationnels. Méthodes qualitatives, quantitatives et mixtes.
Marie-Pierre Gagnon (Ph. D. – santé communautaire)

Les soins infirmiers chez les patients souffrant de maladies cardiovasculaires : relation entre le profil clinique, les comportements de santé (nutrition, activité physique et adhésion thérapeutique) et la qualité de vie. Planification des interventions multidisciplinaires en santé : de l'approche diagnostique à l'évaluation des interventions. Adaptation culturelle et validation d'outils de mesure.
Maria Cecilia Gallani (Ph. D. – sciences infirmières)

Évaluation de politiques, de programmes et d'interventions en santé. Développement de la fonction d'évaluation (culture, institutionnalisation, qualité, utilité). Professionnalisation de l'évaluation. Renforcement de capacités en suivi et évaluation (société civile, organisations, structures de pays, universités). Meilleures pratiques en suivi et en évaluation (concepts, approches, méthodes, outils) et innovations. Approches participatives et collaborations (Nord-Sud, intersectorielles, interorganisationnelles). Évaluation dans les pays en voie de développement. Stratégies de changement et de transfert de connaissances.
Marie Gervais (Ph. D. - mesure et évaluation de programme)

Prévention, promotion de la santé, déterminants sociaux de la santé et inégalités sociales de santé, évaluation d'impact en santé. Usage et consommation problématiques liés aux substances psychoactives, point de vue de l'usager, comportements à risque et développement d'interventions novatrices en réduction des méfaits.
Anne Guichard (Ph. D. – santé publique – promotion de la santé)

Pratiques infirmières en éducation pour la santé. Développement, implantation et évaluation de programmes d'éducation pour la santé et d'éducation thérapeutique du patient. Intervention Mapping. Paradigmes, théories et méthodes en éducation pour la santé. Développement de manuels d'intervention, d'outils pédagogiques et d'outils d'aide à la décision. Méthodologie d'intervention en entretien individuel et animation de groupes. Approches complémentaires et alternatives en éducation pour la santé.
Laurence Guillaumie (Ph. D. – santé communautaire)

Interventions et politiques en matière de sécurité alimentaire. Déterminants psychosociaux et environnementaux de l'insécurité alimentaire au sein de divers groupes, dont les jeunes de la rue. Promotion de saines habitudes alimentaires. Méthodologies participatives de recherche.
Anne-Marie Hamelin (Ph. D. – nutrition)

Promotion de la santé de l'enfant, des jeunes et de la famille. Fondements socioculturels et politiques de l'organisation des soins. Méthodologies qualitatives. Mobilisation des connaissances en regard de la violence faite aux femmes et aux enfants.
Louise Hamelin-Brabant (Ph. D. – sociologie)

Gestion des risques et sécurité des patients en milieu de santé. Gestion des crises et du changement à portée stratégique dans les organisations. Diagnostic et gestion du changement organisationnel. Consultation organisationnelle et interventions de développement organisationnel. Analyse des politiques dans le secteur de la santé et des services sociaux, en particulier dans les services de première ligne.
Carole Lalonde (Ph. D. – administration)

Promotion de la santé. Environnements favorables aux saines habitudes de vie (politiques, économiques, sociaux et physiques). Prévention de l'obésité. Santé urbaine et santé de quartiers en environnement isolé (Nunavik) ou fragilisé. Équité. Pratiques cliniques préventives professionnelles et pratiques préventives naturelles (pairs, familles, cercles préventifs Hans Kaï). Évaluation d'implantation et d'impact. Approche de recherche, action participative et collaborative. Méthodologies qualitatives.
Judith Lapierre (Ph. D. – santé publique - promotion de la santé)

Trouble déficitaire de l'attention avec hyperactivité (TDAH)au préscolaire : nature, évaluation et intervention. Troubles comportementaux chez les enfants d'âge préscolaire : rôle infirmier dans l'évaluation, l'intervention et le suivi. Santé mentale de l'enfant et de sa famille : chronicité, qualité de vie, rôle parental, groupes de soutien à la fratrie, etc. Développement de l'enfant (0-5 ans) : évaluation des indices de retard de développement. Approches complémentaires et alternatives en soins infirmiers pédiatriques : relaxation, humour, zoothérapie, neurofeedback, etc.
Nancy Leblanc (Ph. D. – psychologie)

Articulation travail-famille, en particulier pour les personnes engagées dans des activités professionnelles exigeantes (professionnels, professeurs d'université, hauts dirigeants). Équité en emploi et discrimination au travail. Situation des femmes dans les organisations. Situation des femmes dans les instances dirigeantes. Épuisement professionnel. Harcèlement au travail. Femmes entrepreneures. Prise de décision éthique dans les entreprises.
Hélène Lee-Gosselin (Ph. D. – psychologie)

Outil d'aide à la décision. Approche interprofessionnelle. Prise de décision conjointe entre patients et professionnels de la santé. Changement des pratiques professionnelles en santé. Transfert des connaissances. Soins de santé primaires. Analyse des données dyadiques. Revues systématiques.
France Légaré (Ph. D. – santé des populations)

Pensée critique et sa contribution dans la mobilisation des savoirs infirmiers. Pratique réflexive. Stratégies pédagogiques et d'évaluation des apprentissages. Développement des compétences. Approches de recherche qualitative. Entretien d'explication dans l'analyse de pratique professionnelle ou comme méthode de collecte de données de recherche. Discipline et pratique infirmière. Supervision clinique. Soins de l'enfant.
Kathleen Lechasseur (Ph. D. sciences infirmières et didactique des sciences)

Marketing social, publicité sociale et préventive, programme de prévention des maladies en pays en voie de développement.
June Marchand (Ph. D – marketing)

Impact du cancer sur les personnes et leur famille, en particulier du cancer du sein. Douleur et cancer. Effets de l'accompagnement psychosocial de personnes affectées par le cancer.
Elizabeth Maunsell (Ph. D. – médecine)

Théorie économique hétérodoxe (en particulier institutionnalisme des origines). Analyses féministes. Politiques sociales et politiques de l'emploi. Analyses comparatives.
Sylvie Morel (Ph. D. – sciences économiques)

Publicité pharmaceutique. Marketing de la santé dans Internet. Communication dans les domaines de l'obstétrique et de la gynécologie. Exploitation de la maternité dans la publicité des produits de beauté, d'hygiène et de santé. Promotion de l'allaitement. Promotion de la santé auprès des femmes. Représentations du corps humain et de la santé dans les musées et expositions.
Manon Niquette (Ph. D. – communication)

Résultats des interventions chez la personne ayant des incapacités (réadaptation et intégration sociale). Suivi à long terme des individus à la suite d'une lésion médullaire dans un contexte de vieillissement. Développement d'outils d'évaluation de la participation sociale et de l'influence des facteurs environnementaux. Quantification des interventions dans les programmes de réadaptation fonctionnelle intensive.
Luc Noreau (Ph. D. – santé communautaire)

Participation citoyenne et consultations publiques dans le domaine de la santé et des services sociaux. Éthique publique et sociétale. Éthique de la recherche. Rapports entre science et société. Critique de l'économie du savoir.
Florence Piron (Ph. D. – anthropologie)

Santé mentale communautaire. Théories sur le rétablissement. Modèle transactionnel d'adaptation au stress dans le cadre du rétablissement. Organisation des services orientés vers le rétablissement. Transfert des connaissances sur le rétablissement. Méthodologies qualitatives et quantitatives.
Hélène Provencher (Ph. D. – sciences infirmières)

Évaluations organisationnelles et économiques des services de santé et sociaux.
Daniel Reinharz (Ph. D. – MD)

Administration des services infirmiers et de santé. Rôle infirmier et développement professionnel continu. Introduction d'innovations dans les pratiques et les organisations de santé. Évaluation des services intersectorielles en santé. Prise de décision partagée. Aspects sociopolitiques de la santé. Climat organisationnel, prédisposition organisationnelle au changement et satisfaction au travail. Transfert et échange des connaissances. Méthodes quantitatives, qualitatives et mixtes.
Geneviève Roch (Ph. D. – sciences infirmières, option administration)

Santé des Premières Nations (Autochtones). Soins et éthique de la sollicitude (dégénération du soin). Problématiques de santé (diabète, obésité) tributaires de l'acte alimentaire dans ses dimensions sociales et culturelles.
Bernard Roy (Ph. D. – anthropologie)

Anthropologie de la modernité, du corps et des soins, des genres et de l'humanitaire. Études québécoises et brésiliennes.
Francine Saillant (Ph. D. – anthropologie)

Qualité des soins. Sécurité des patients. Gestion des risques. Bénéfices organisationnels de l'implantation d'une philosophie de soins humanistes telle que le caring. Collaboration interprofessionnelle et interdisciplinaire. Définition du soin infirmier de réadaptation. Méthodes de recherches qualitatives.
Daphney St-Germain (Ph. D. – santé publique)

Gestion des interfaces professionnelles et organisationnelles. Intégration des services. Théories des organisations.
Michèle St-Pierre (Ph. D. – sciences de l'administration)

Enfance et adolescence avec des besoins spéciaux. Adaptation de la famille. Intégration et participation sociales des personnes handicapées.
Sylvie Tétreault (Ph. D. – service social)

Gériatrie et gérontologie. Épidémiologie de la maladie d'Alzheimer et des autres types de démence. Recherche clinique touchant les grandes problématiques du vieillissement et de la perte d'autonomie. Soins palliatifs et soins de fin de vie.
René Verreault (Ph. D. – épidémiologie)

Aides techniques utilisées par les personnes présentant des déficiences et des incapacités. Nouvelles technologies de l'information et des télécommunications utilisées pour la prestation de services de réadaptation et de soutien à domicile. Développement d'instruments de mesure liés à l'utilisation des technologies. Méthodologies participatives de recherche. Participation sociale des clientèles présentant une déficience.
Claude Vincent (Ph. D. - santé publique)

Anthropologie de la santé. Aspects socioculturels de la santé. Santé, soins et interculturalité. Médecines traditionnelles et alternatives. Expériences des maladies graves et chroniques. Rapports entre santé, médecine, religion et spiritualité. Santé internationale. Méthodologie de recherche qualitative.
Nicolas Vonarx (Ph. D. – anthropologie)

Description officielle

Cette page est à jour en date du 25 octobre 2013 et constitue la version officielle de ce programme à compter de la session d'automne 2013. L'Université Laval se réserve le droit de modifier ce programme sans préavis.

Imprimer la fiche du programme
Grade

Philosophiæ doctor (Ph. D.)

90crédits
inscrits

Renseignements et directives

Objectifs

Ce programme vise à préparer le futur diplômé à exercer des fonctions de recherche, d’enseignement, de formation et d'expertise pour répondre aux problèmes de santé des individus et des communautés du Québec, du Canada ou ailleurs dans le monde. La personne formée dans ce programme pourra remplir ces fonctions en adoptant des approches interdisciplinaire et multisectorielle afin de résoudre des problèmes de santé complexes, et de définir des stratégies de maintien et de promotion de la santé. Le diplômé sera également appelé à remplir des fonctions d’enseignant aux trois cycles universitaires. Il pourra de plus agir à titre d'expert et consultant en vue d'apporter un éclairage approfondi sur des situations de santé particulières et de contribuer à la prise de décisions dans le domaine de la santé.

De façon plus particulière, au terme de sa formation, le diplômé du doctorat en santé communautaire :

  • sera capable de synthétiser et d'interpréter de façon critique les données scientifiques relatives à une question liée à la santé communautaire ainsi qu'à la promotion de la santé ou à l'organisation des services de santé;
  • aura une connaissance significative des déterminants de la santé dans une perspective de santé communautaire;
  • sera capable d'utiliser diverses méthodes et méthodologies de recherche qui peuvent desservir les fins de la santé communautaire;
  • sera capable de mener de façon autonome des recherches originales permettant d'améliorer les connaissances en santé communautaire, de même qu'en promotion de la santé ou en organisation des services de santé;
  • sera capable de mener de façon autonome des recherches originales permettant de développer des stratégies d'interventions adaptées aux différents contextes socioculturels et organisationnels en promotion de la santé ou en organisation des services de santé;
  • sera capable d’emprunter une approche de recherche intersectorielle et interdisciplinaire dans la compréhension des problèmes de santé et dans leur résolution;
  • aura développé des habiletés de communication orale et écrite permettant d'opérer un transfert de connaissances dans les espaces académiques et scientifiques, dans les milieux décisionnels, comme dans les milieux de pratique et auprès des communautés ;
  • sera sensibilisé à l'adoption d'un comportement éthique dans l'accomplissement de ses fonctions de recherche, d’enseignement et d’expertise.

Durée et régime d'études

L'étudiant au programme de doctorat en santé communautaire doit s'inscrire à temps complet durant trois sessions, de préférence lors de la première année.

Responsable

Directeur du programme
Nicolas Vonarx
418 656-2131 poste 3965
Pour information
Claire Belzile
Conseillère à la gestion des études
418 656-2131 poste 3388
Faculté de rattachement

Rattachement multifacultaire

Ce programme est offert conjointement par la Faculté des sciences infirmières et la Faculté de médecine.

Compétences linguistiques à atteindre

La compréhension de l'anglais écrit est aussi nécessaire puisque, dans les cours, la documentation disponible est largement, sinon exclusivement, dans cette langue. En anglais, l'étudiant doit être capable de se servir de l'information, d'en discuter et de jouer avec les concepts.

L’exigence de la langue anglaise peut être satisfaite par la réussite du Test of English for International Communication (TOEIC) avec un résultat égal ou supérieur à 350/495 à la partie lecture ou par la réussite, avec une note minimale de C, du cours d’anglais ANL-3202 Reading II. L’étudiant peut satisfaire à cette exigence pendant son cheminement.

Travail de rédaction

Prélecture

La prélecture est une étape obligatoire de l'évaluation de la thèse dans ce programme. Elle consiste à faire lire la version originale de la thèse par un professeur non impliqué dans le travail de l'étudiant avant que ne soit donnée l'autorisation de déposer la version qui sera soumise à l'évaluation par un jury.

Conditions d'admission

Session d'admission

Ce programme accepte de nouveaux candidats normalement à la session d'automne.

Admissibilité

Exigences générales

Le programme vise le candidat ayant déjà une formation de base (sciences de la santé, sciences sociales, sciences humaines ou sciences de l'administration) ou une expérience en santé communautaire/publique/des populations, de même qu'en méthodologie, en organisation des services et en promotion de la santé. Pour être admissible, le candidat doit être titulaire d'un grade de deuxième cycle obtenu avec une moyenne de cycle d'au moins 3,22 sur 4,33, ou l'équivalent. Le profil du candidat variera selon sa formation scolaire, son expérience, ses objectifs de formation et son domaine d'intérêt. Un candidat ne présentant pas ces caractéristiques ou ayant une formation connexe pertinente pourra aussi être admissible et, selon son dossier, avoir éventuellement à suivre une scolarité préparatoire de durée variable, déterminée au moment de l'admission.

Exigences particulières

En plus des documents requis pour tous les programmes, le dossier de candidature pour le doctorat en santé communautaire devra contenir :

  • trois rapports d'appréciation confidentiels utilisant les formulaires standards fournis avec le formulaire d'admission dont un venant de la personne qui a dirigé les travaux de maîtrise du candidat;

  • un curriculum vitæ détaillé;

  • une lettre d'un maximum de trois pages expliquant comment les études doctorales s'inscrivent dans sa trajectoire professionnelle passée et future, précisant son champ d'intérêt (organisation des services ou promotion de la santé), de même que le thème général sur lequel la thèse portera et indiquant finalement le professeur avec qui le candidat souhaite travailler; une entente préalable devra avoir été prise à cet effet et une confirmation écrite (un courriel suffit) que le professeur accepte de diriger les travaux de l'étudiant devra accompagner la lettre. Pour le candidat dont les études de maîtrise n'étaient pas en santé communautaire, la lettre devra finalement être très explicite quant aux expériences et formations antérieures dans le domaine, de manière à permettre de juger de la nécessité, et le cas échéant, de la nature d'une formation préparatoire avant l'admission au programme. À noter que les dossiers incomplets ne seront pas analysés.

Exigences linguistiques

La maîtrise du français écrit et parlé est essentielle. La personne dont la langue d'études au primaire et au secondaire n'est pas le français doit fournir, avec sa demande d'admission, un document officiel attestant du résultat au Test de français international (TFI). Ce test, disponible partout dans le monde, doit avoir été réussi au cours des 12 mois précédant la demande d'admission. Au doctorat, le candidat doit faire la preuve d'un niveau minimal de connaissances de la langue française par un score d'au moins 860 sur 990 au TFI ou avoir réussi le cours FLE-3003 Français avancé : grammaire et rédaction II.

Passage accéléré au doctorat

Un étudiant pourra, s'il le désire, demander un passage accéléré de la maîtrise au doctorat sans avoir à rédiger de mémoire aux conditions suivantes :

  • avoir suivi avec succès l'ensemble de la scolarité de la maîtrise, y compris un cours en promotion de la santé ou en organisation des services de santé;
  • avoir maintenu une moyenne de diplomation ou de cheminement, le cas échéant, égale ou supérieure à 3,67 sur 4,33;
  • avoir obtenu un jugement favorable sur la présentation orale et écrite d'une première ébauche de son protocole de recherche, qui le qualifiera d'emblée pour un projet de thèse et tiendra lieu de confirmation officielle d'encadrement lors de la soumission de son dossier d'admission. Ce comité d'examen sera constitué d'au moins trois personnes : le directeur de recherche, le directeur du programme de maîtrise et le directeur du programme de doctorat;
  • avoir été officiellement admis au programme de doctorat en santé communautaire à la suite du dépôt de son dossier et de son étude par la direction de programme.

Date limite de dépôt

La date à respecter pour le dépôt d'une demande d'admission varie selon le profil des candidats. Toute l'information se trouve dans la section Admission.

Information complémentaire

Documents et outils

Simulation et rapport de cheminement

Capsule permet à l'étudiant de visualiser l'état d'avancement de son programme d'études. L'outil «rapport de cheminement» liste les cours réalisés, à quelle session, et avec quel résultat. Il indique également les cours qui doivent être réussis pour obtenir le diplôme visé. Plus encore, l'étudiant peut simuler des modifications à son programme d'études (choix d'une concentration ou d'un profil) ou même encore découvrir quels cours pourraient lui être reconnus s'il était admis dans un nouveau programme.

Guide de cheminement aux cycles supérieurs

Le Guide de cheminement aux cycles supérieurs présente des points de repère sur la formation à la recherche: choix du directeur de recherche, rédaction du mémoire ou de la thèse. Il propose également des outils et des façons d'interagir qui rendent la communication plus efficace: formulation des attentes, plan de collaboration. Il précise enfin différents aspects de la réalisation de la recherche, comme le carnet de recherche, et fait le lien avec les services de l'Université Laval susceptibles d'aider les étudiants en cours de route.

Règlement des études

Les études à l'Université Laval sont régies par le Règlement des études.

Ressources

Joindre un responsable d'information sur les études

Des questions sur les exigences d'admission et les programmes d'études à l'UL? Communiquez avec le Bureau du recrutement étudiant ou rencontrez-nous en privé, aux Portes ouvertes ou lors de nos tournées sur la route au Canada et à l'étranger.

 

418 656-2764
1 877 606-5566
info@ulaval.ca
Heures d'ouverture

Joindre une personne-ressource de la faculté

Faculté des sciences infirmières
www.fsi.ulaval.ca

Cindy Asselin
418 656-2764, poste 6374
1877 606-5566
etudes@fsi.ulaval.ca

Version: 2014-04-16 13:59:47 / 2014-03-11 12:38:39 Version simplifiée
 

Université Laval
Ville de Québec (Québec) Canada G1V 0A6    |    Téléphone: 418 656-2131    |    Commentaires et suggestions: webmestre@ulaval.ca
Ce site est sous la responsabilité de la Direction des communications. © Université Laval. Tous droits réservés.