Nord durable

Consolider et développer le nord durable

 
 

Le contexte et les enjeux

À n’en pas douter, les défis complexes reliés au Nord durable ne peuvent être relevés que par des professeurs détenant des expertises provenant de plusieurs disciplines et travaillant ensemble avec les partenaires du milieu. Les questions telles que le développement de matériaux et de technologies adaptés aux infrastructures nordiques, la télédétection ainsi que la surveillance autonome du milieu marin se combinent à celles touchant les nouvelles politiques publiques, la culture, la santé et les droits des autochtones, articulés autour de l’enjeu majeur des changements climatiques et de leur impact sur les activités économiques, le mode de vie des communautés, la faune et la flore nordique.

Le Nord a acquis une importance stratégique au cours des dernières décennies. Il représente un potentiel économique considérable en raison des ressources importantes que recèle son sous-sol. L’exploitation responsable de ces ressources, en milieu marin notamment, pose des défis techniques considérables du fait des risques environnementaux qu’elle comporte. Les changements climatiques, qui y sont davantage perceptibles, auront des conséquences globales. Enfin, les populations qui y habitent vivent des changements rapides de leur mode de vie et doivent consacrer énormément d’efforts à la gestion de leur croissance dans plusieurs domaines, dont l’économie, l’éducation, le logement et la santé.

 
 

Les axes stratégiques

 
 
  • Affiner notre connaissance des écosystèmes et de la géographie humaine nordiques
  • Élaborer des stratégies gagnantes d’adaptation aux changements climatiques et de diminution des risques environnementaux
  • Maîtriser les différentes composantes technologiques et économiques du développement en milieu nordique
 
  • Déchiffrer les enjeux humains et sociaux liés au développement nordique
  • Favoriser l’accessibilité au territoire nordique
 
 

L'expertise à l'Université Laval

 

Au mois de juin 2012, l’Université Laval s’engageait à:

  • mobiliser ses forces en recherche et celles de ses partenaires pour relever les défis posés par le développement du Nord
  • développer et enrichir les savoirs, en réalisant les projets de recherche dans le respect des besoins, des cultures et des milieux de vie des communautés
  • transmettre les connaissances et les technologies afin que les générations actuelles et futures soient mieux outillées pour faire face aux défis nordiques
  • favoriser la dimension multidisciplinaire de la recherche nordique afin de mieux soutenir toutes les facettes de la complexité du développement durable du Nord

Les professeurs de l’Université Laval, fort de leur engagement depuis plus de 50 ans, continueront d’exceller en océanographie par leurs travaux portant notamment sur le phytoplancton, les écosystèmes marins et continentaux ainsi que sur la géographie humaine nordique. Les professeurs de l’Université se démarquent aussi dans l’élaboration de stratégies gagnantes d’adaptation aux changements climatiques et aux risques environnementaux, comme le démontre leurs études sur la faune et la flore nordique et arctique, le dégel du pergélisol ainsi que sur l’évaluation des risques et des impacts des contaminants relâchés dans l’écosystème nordique.

Véritable laboratoire flottant, le brise-glace Amundsen représente la figure de proue de la recherche nordique à l’Université Laval. Cette infrastructure unique au Canada permet aux professeurs de l’Université Laval de consolider leur rôle de chef de file de tous les travaux de recherche effectués dans l’océan Arctique.

 
 

Les travaux de recherche

 

Des équipes de recherche renommés de l’Université Laval touchent des domaines variés allant de la glaciologie, à l’étude des flux de carbone, à la caractérisation des sols ainsi qu’à la sécurité de la réhabilitation environnementale, au droit de l’environnement et à la sociologie des peuples autochtones.

Avec 140 professeurs et leurs équipes provenant de 9 facultés, l’Université Laval pourra ainsi continuer d’assumer un rôle de chef de file national et international dans les divers volets s’apparentant au Nord durable.

L’Institut nordique illustre de manière remarquable la vision et la stratégie institutionnelle au chapitre du Nord durable.

Depuis plus de 50 ans, l’Université Laval développe une expertise exceptionnelle et diversifiée en sciences nordiques touchant les domaines liés aux enjeux économique, social et environnemental du Nord, au point où elle est devenue chef de file mondiale dans la recherche nordique. Dans un contexte où le développement durable du Nord est imminent et représente des défis uniques, la mobilisation scientifique devient un atout incontournable. Forte de ce leadership, l’Université Laval s’est associée à 2 autres ténors québécois soit l’Université McGill et l’Institut national en recherche scientifique pour mobiliser les talents, innover et ainsi créer l’Institut nordique du Québec (INQ).

Avec l’implication de précieux partenaires comme les autres universités québécoises et les communautés du Nord, l’Institut nordique du Québec alliera connaissances traditionnelles, connaissances scientifiques et savoir-faire technologiques pour offrir aux populations et aux décideurs une expertise indispensable à un développement éthique et harmonieux du Nord. Rassemblant les meilleurs experts, ce partenariat réaffirme le leadership scientifique international du Québec et transcende les structures universitaires. Il permettra le développement des connaissances ainsi que leur diffusion au grand bénéfice de la population nordique et de ses générations futures.

Fédérer les centres d’excellence du Québec au sein d’ArcticNet a eu des retombées spectaculaires pour la recherche nordique au Québec. Une part importante de ces retombées est liée au brise-glace scientifique Amundsen, moteur de la renaissance de la recherche arctique canadienne et fer de lance du leadership québécois en sciences polaires. Grâce au pôle d’excellence créé par ArcticNet, la Chaire d’excellence en recherche du Canada sur la télédétection de la nouvelle frontière arctique du Canada, de même que l’Unité Mixte Internationale Takuvik (partenariat avec le Centre national de la recherche scientifique – CNRS, France) se sont établies à l’Université Laval en 2010. En 2011, les chercheurs québécois du Réseau ont par ailleurs obtenu le financement d’ADAPT (Arctique en développement et adaptation au pergélisol en transition), une initiative Frontières de la découverte du CRSNG.

 
 
Les objectifs
  • Accroître la notoriété de l’Université (en lien avec Horizon 2017)

  • Soutenir le développement de nouvelles orientations de recherche

  • Développer les partenariats aux plus hauts niveaux (en lien avec Horizon 2017)

 
 
 

Vice-rectorat à la recherche et à la création
Pavillon des Sciences de l'éducation
2320, rue des Bibliothèques
Bureau 1434
Université Laval
Québec (Québec) G1V 0A6
CANADA